Accueil

Je me rappelle du premier tableau qui m’a marqué, un grand tableaux de Nemesio Antunez , il m’a surpris par sa simplicité et la composition de son ambiance et m’est toujours resté en mémoire depuis.

L’art est mon langage. L’usage de la parole pourrait m’être facultatif puisque l’art me sert à communiquer aux autres, tout ce que je ressens et donc tout ce que je suis, comme il servait autrefois au Chili d’outil de communication dans les temps difficiles. Aujourd’hui, l’art au Chili rend les gens complice d’une évolution sociétale – à mon avis, dégénérative- et c’est en pensant dans une évolution positive que s’inscrit mon projet artistique qui témoigne de l’évolution d’une société, je précise que ma contribution porte sur la société de mon pays d’accueil,

Mon projet artistique initial est fondé sur le mariage de l’art et l’environnement ce qui était, à l’époque de mes débuts, une idée totalement avant-gardiste et farfelue. J’ai développé ce projet à mon arrivée en France, durant deux ans, à l’Institut d’étude social de Lyon, pour lequel j’ai réalisé une œuvre sur un octogone (7 murs) retraçant l’évolution de la vie du « quartier des clochettes »St Fons (69), de la zone sauvage, à l’aménagement des espaces verts et du cartier industriel qui le dominait, avec la complicité des enfants du quartier et des professeurs de l’Ecole.

A ce jour ; je tien à vous inviter à réfléchir sur l’importance de visiter les ateliers d’artistes ; dans mon cas, je vous reçois minimum avec un café…l’art grandit aussi par l’échange

Mes remerciements à Elodie Lenoir pour ses précieux conseils.